Corridas, combats de coqs, fourrure : la position de Michèle Rivasi

Deux questions de Brigitte Gothière, porte-parole de L214, à Michèle Rivasi, députée européenne Europe Écologie-Les Verts, tête de liste EELV pour le Sud-Est. Dans les deux cas, les réponses sont « claires et nettes », selon la formule consacrée !

Êtes-vous favorable à l’interdiction des corridas et des combats de coqs ?
Oui, je suis favorable à l’interdiction des corridas et des combats de coqs, ces deux pratiques étant parfaitement opposées au principe même du bien-être animal. Le taureau comme le coq sont des êtres sensibles, et non des meubles comme l’assimile malheureusement notre Code civil, à tort (et comme François Hollande continue de le croire). Torturer un animal sous couvert de loisir et de tradition n’est pas acceptable. D’ailleurs, toutes les traditions ne sont pas défendables : certains pays pratiquent l’excision des petites filles, doit-on pour autant cautionner ces actes barbares sous couvert de tradition ? En aucun cas cela ne donne une caution morale. Il y a dans la vue du sang et la jubilation de voir un taureau ou un coq souffrir quelque chose de malsain, qui n’est plus en adéquation avec notre époque. Je trouve regrettable que la tauromachie ait été inscrite au patrimoine immatériel de la France, nous avons d’autres richesses et talents à mettre en avant que ceux-ci.

Êtes-vous favorable à l’interdiction des élevages des animaux pour leur fourrure ?
Oui, je suis favorable à l’interdiction des élevages des animaux pour leur fourrure. Personnellement, je ne porte pas de fourrure et je le vis très bien ! Il n’y a qu’à constater les conditions d’élevage déplorables des visons, renards, lapins et autres, et la façon dont ils sont abattus (beaucoup de souffrance, car leur mode de mise à mort afin de ne pas altérer la qualité de la fourrure est terrible) pour refuser en bloc ce commerce. Là encore, il y a quelque chose d’indécent dans le port de la fourrure, une pratique démodée qui n’a plus lieu d’être.
Propos recueillis par Brigitte Gothière
Porte-parole de L214

 

 

Posté dans Politique

Négation du vivant

Exploités, maltraités, gavés, broyés, harponnés, consommés, expérimentés, toréés, chassés, pêchés, piégés, électrocutés pour leur fourrure, emprisonnés dans les cirques, enfermés dans les zoos, les delphinariums, abandonnés, humiliés, méprisés… NIÉS. À poil, à plume ou à écaille.

Les animaux. La dernière des minorités.

Son talent, sa compétence, sa valeur artistique, son extrême gentillesse… et sa patience infinie ont permis à troOn de réaliser ce site, vraiment magnifique, et les lapins n'y sont pour rien, je vous l'assure! N'hésitez pas à prendre contact avec lui pour la mise en œuvre ou la maintenance de vos sites et autres blogs, c'est un pro, un vrai! Recommandé et approuvé par tous les terriers de la planète.