Des stratégies asymétriques

En cette année, l’Union européenne est saisie, par un million de signataires, d’une demande d’interdiction de la vivisection. Contre la corrida, contre la chasse, contre les élevages en vue de l’expérimentation et de la production de  fourrures, des mouvements manifestent, pétitionnent, rédigent des rapports, se mobilisent, dans le mépris de politiciens eux-mêmes méprisables et aux ordres des lobbies d’amateurs de tueries.

Les lois, les règlements sont faits pour les tueurs, l’État s’évertuant à allonger les périodes d’ouverture de la chasse, de couvrir le braconnage aux gluaux, à la matole, aux lecques, aux tirs de nuit, classant « nuisibles » des espèces dans l’unique dessein d’offrir à des piégeurs ludiques le plaisir sadique de mettre à mort les petits carnivores, de « réguler » les loups, d’entraver les manifestations contre la torture tauromachique. Le chasseur, l’éleveur, le tauromaniaque tiennent les ficelles des pantins élus qui relaient docilement leurs exigences.

Face à la servilité des élus, le protecteur de la nature et des animaux en réfère au juge, en particulier administratif et occasionnellement au juge supra-national. Pendant près de vingt ans, les tribunaux administratifs et le Conseil d’État durent annuler des arrêtés fixant des dates d’ouverture de la chasse des oiseaux parfaitement contraires à la directive européenne relative à la conservation des oiseaux. Chaque année, les préfets et les successifs ministres de l’Environnement reproduisaient les illégalités censurées, sous la pression des « gestionnaires de la faune » ! Les mêmes pouvoirs publics perdurent à classer « nuisibles » des espèces aussi précieuses pour les équilibres écologiques que les renards, les fouines, les belettes et les martres. Mais l’arriéré invoque la rage, l’échinococcose, les poules mangées et autres mauvais prétextes à massacres.

Cette année encore, le Conseil d’État doit, par arrêt du 31 juillet, annuler partiellement l’arrêté ministériel du 2 août 2012, en ce qu’il classe nuisibles les pies, martres, fouines dans nombre de départements. Ainsi, nous voyons deux stratégies parallèles se dessiner. Le tueur joue le politicien, la pression, les menaces de troubles à l’ordre public ou le chantage électoral pour faire prévaloir ses fantasmes contre nature. Le protecteur joue le droit, les juridictions pour redresser les courbettes des élus et de l’administration, qui, bien évidemment, préférera toujours une injustice à un désordre. Pour l’heure, reconnaissons que l’arriération se porte bien en ce pays, les quelques avancées obtenues sur les dates d’ouverture de la chasse et sur les modes de destructions de la faune étant marginales.

La grande inquiétude des chasseurs, des tauromaniaques et autres négationnistes de la sensibilité animale réside dans l’évolution trop lente mais néanmoins inéluctable de l’opinion publique, qui leur devient défavorable. Aussi, leur nouvelle stratégie vise à diaboliser les mouvements de protection qu’ils voudraient dépeindre en « terroristes », faute de pouvoir leur opposer une argumentation de fond cohérente.  Malheureusement pour eux, pas la moindre agression à reprocher à ceux qui s’assemblent  dans les villes de sang pour protester contre les sévices infligés aux bovidés ! Alors ils confondent le bruit, la réfutation radicale, l’indignation salutaire avec une infraction révélant la parenté ontologique entre les loisirs et spectacles de mort et le fascisme. Il leur faut éliminer leurs contestataires en les qualifiant de délinquants, stratégie pitoyable et édifiante de ce qu’ils sont, stratégie vouée à l’échec car fondée sur une imposture.

Rien n’arrête une idée dont l’heure est venue. Tout être vivant est un être biologique, et rien d’autre. Entre les espèces, y compris la nôtre, n’existent que des différences de degrés et non de nature. Les mêmes lois de la biologie régissent nos vies, et face à cette unité de destin les différences de capacités et d’aptitudes s’avèrent dérisoires. Oui, chasse, tauromachie et autres actes de cruauté seront prochainement abolis !

Gérard Charollois
Président de la CVN
Convention Vie et Nature pour une écologie radicale

Posté dans "Loisirs" cruels Chasse Corrida Divers Écologie Élevage Fourrure Non classé Oiseaux Politique

Négation du vivant

Exploités, maltraités, gavés, broyés, harponnés, consommés, expérimentés, toréés, chassés, pêchés, piégés, électrocutés pour leur fourrure, emprisonnés dans les cirques, enfermés dans les zoos, les delphinariums, abandonnés, humiliés, méprisés… NIÉS. À poil, à plume ou à écaille.

Les animaux. La dernière des minorités.

Son talent, sa compétence, sa valeur artistique, son extrême gentillesse… et sa patience infinie ont permis à troOn de réaliser ce site, vraiment magnifique, et les lapins n'y sont pour rien, je vous l'assure! N'hésitez pas à prendre contact avec lui pour la mise en œuvre ou la maintenance de vos sites et autres blogs, c'est un pro, un vrai! Recommandé et approuvé par tous les terriers de la planète.