25 et 26 juillet 2015 : Marboz, le village de la honte

Le 1er juin 2015, la cour administrative d’appel de Paris a confirmé le retrait de l’inscription de la corrida au patrimoine culturel immatériel (PCI) de la France (procédure initiée par le CRAC Europe et Droits des animaux). En octobre et novembre 2013, trois propositions de loi pour l’abolition de la corrida ont été déposées par des députés du PS, de l’UMP et d’EELV à l’Assemblée nationale, et 100 députés ont déjà signé l’un de ces textes. Dans tous les pays tauromachiques, la corrida ne subsiste que grâce à des subventions publiques, raison pour laquelle, depuis sept ans, en Espagne, plus de la moitié des spectacles tauromachiques ont disparu, faute d’argent des collectivités.  Dans tout le sud de la France, la corrida est confrontée à une opposition citoyenne de plus en plus forte, avec des manifestations devant les arènes tous les week-ends.

Et, dans ce contexte, que font le maire de Marboz et son comité des fêtes, dans une petite commune de 2 500 habitants située à 90 km au nord de Lyon, bien loin des terres barbares du sud de la France ? Ils organisent une « feria » et invitent des tortionnaires en dentelles à venir faire des démonstrations de corrida équestre. Ces séances de prosélytisme et de propagande hors zone tauromachique sont particulièrement insupportables aux citoyens que nous sommes. Certes, on  nous annonce qu’il n’y aura pas d’effusion de sang. Il n’en demeure pas moins que des taureaux seront maltraités juste pour le plaisir de certains, que des chevaux non protégés seront mis en danger, que des spectateurs risquent leur vie dans les arènes (saut récent d’un taureau dans les gradins dans le sud de la France à Saint-Chaptes [Gard] en juin 2015) et hors des arènes (la liste des décès et blessés graves lors d’abrivados s’allonge de manière préoccupante : Saint-Maurice-de-Cazevieille et Mudaison dans le Gard fin juin 2015, Aigues-Mortes en 2014, Quissac en mai 2012, et même Marboz en 2009 ).

Le CRAC Europe a demandé à M. Alain Gestas, maire de Marboz, d’annuler les démonstrations du torero Rafael de Lucas et des deux rejoneadors (corrida équestre) Laury Tisseur et Patricia Pellen. Hors zone tauromachique, ces personnes risquent deux ans de prison et 30 000 euros d’amende pour sévices graves et actes de cruauté, ce sont des tortionnaires d’animaux.

Le CRAC Europe a demandé au préfet de l’Ain de prendre les mesures qui s’imposent pour empêcher la tenue de ces spectacles générateurs de troubles à l’ordre public.

Le CRAC Europe organise deux manifestations les 25 et 26 juillet à Marboz avec défilé dans le village. Elles ont été déclarées officiellement aux autorités. Maltraiter des animaux, ce n’est pas la fête.

Rendez-vous devant les arènes :  le samedi à partir de 16 h 30 et le dimanche à partir de 15 heures. Si vous ne pouvez pas venir les deux jours, merci de privilégier le samedi.  L’équipe du CRAC Europe sera présente pour dénoncer ces séances de prosélytisme et de propagande hors zone tauromachique. Que les militants motivés se rassurent, ce ne sera pas une manif « plan-plan » ! 
Jean-Pierre Garrigues
Président
Pour l’équipe du CRAC Europe, Comité Radicalement Anti Corrida pour la protection de l’enfance

Tagués avec : , , , , ,
Posté dans "Loisirs" cruels Corrida Divers Politique

Négation du vivant

Exploités, maltraités, gavés, broyés, harponnés, consommés, expérimentés, toréés, chassés, pêchés, piégés, électrocutés pour leur fourrure, emprisonnés dans les cirques, enfermés dans les zoos, les delphinariums, abandonnés, humiliés, méprisés… NIÉS. À poil, à plume ou à écaille.

Les animaux. La dernière des minorités.

Son talent, sa compétence, sa valeur artistique, son extrême gentillesse… et sa patience infinie ont permis à troOn de réaliser ce site, vraiment magnifique, et les lapins n'y sont pour rien, je vous l'assure! N'hésitez pas à prendre contact avec lui pour la mise en œuvre ou la maintenance de vos sites et autres blogs, c'est un pro, un vrai! Recommandé et approuvé par tous les terriers de la planète.