Procès de Rodilhan (Gard) : le jugement

Les aficionados condamnés jusqu’à 6 mois ferme
Le jugement du procès des violences de Rodilhan a été rendu ce 14 avril 2016 au tribunal correctionnel de Nîmes.


Le juge Bandiera a prononcé les condamnations des prévenus, tous appelés à la barre. Lors de l’audience en première instance qui s’est tenue les 14 et 15 janvier 2016, dix-huit aficionados avaient été cités à comparaître pour répondre de diverses violences à l’encontre de militants anticorrida, et un dix-neuvième, Jean-Pierre Garrigues, président du CRAC Europe, seul à être poursuivi pour avoir organisé une manifestation non déclarée, le 8 octobre 2011 à Rodilhan.

Ce dernier, qui a revendiqué l’action lors de l’audience, a été condamné à 4 mois de prison avec sursis et 2 000 euros d’amende. En tant que militants anticorrida, on ne peut que déplorer le prix que lui coûte, une fois encore, son engagement exemplaire contre la barbarie des arènes.

Quant aux agresseurs, ils ont été déclarés coupables des faits qui leur sont reprochés (à l’exception de Patrick Laugier, qui a été relaxé) et condamnés aux peines suivantes, d’un niveau similaire, voire supérieur, à celui requis par le procureur lors de l’audience de janvier :

Gérard Allonge : 10 mois de prison avec sursis et 800 € d’amende.
Christophe Arnaud : 1 mois de prison avec sursis et 600 € d’amende.
Christophe Cariat : 800 € d’amende.
Corentin Carpentier : 600 € d’amende.
Christian Cartoux : 500 € d’amende.
Didier Dubois : 10 mois de prison dont 2 ferme et 1 000 € d’amende.
Gérard Fage : 7 mois avec sursis, 800 € d’amende et 100 € de contravention.
Joël Gigneys : 8 mois avec sursis et 1 000 € d’amende.
Patrice Griotto-Chauvin : 10 mois avec sursis et 1 500 € d’amende.
Marc Jamet : 2 mois avec sursis et 800 € d’amende.
Jacques Lanfranchi : 8 mois avec sursis et 1 000 € d’amende.
Christophe Lautier : 600 € d’amende.
Aurélien Lepsa : 3 mois avec sursis et 600 € d’amende.
Régis Pélissier : 4 mois avec sursis et 800 € d’amende.
Serge Reder : 1 500 euros d’amende.
Roger Savarin : 12 mois de prison dont 6 ferme, 1 000 € d’amende et deux contraventions de 150 €.
Frédéric Selaniko : 700 € d’amende.

L’ONCT [Observatoire national des cultures taurines] et Serge Reder, en tant que maire de la ville de Rodilhan, qui s’étaient également portés partie civile contre l’action menée par les anticorrida, ont été déboutés « en l’absence de préjudice direct ».

Du côté des victimes, les parties civiles qui n’avaient pas été citées à comparaître ont été déclarées irrecevables. Les autres recevront des indemnités plus basses que celles demandées  « compte tenu de [leur] faute de nature à réduire de moitié [leur] droit à indemnisation ».

Parmi les prévenus, Serge Reder et Corentin Carpentier ont déjà fait savoir qu’ils faisaient appel. À l’heure où ce communiqué est diffusé, la décision des autres condamnés d’aller ou pas en appel n’est pas encore connue. Les parties civiles qui le souhaitent pourront faire appel au civil, c’est-à-dire uniquement sur le montant de leur indemnité. Le délai pour faire appel est de dix jours.

Au-delà du niveau des peines prononcées, nous considérons que ce qui compte dans ce jugement, c’est d’avoir confirmé haut et fort que, dans notre pays, il est interdit de frapper sur des gens pour la seule raison qu’on n’est pas d’accord avec eux. Aucun prétexte fallacieux ne donne le droit de le faire, ni au nom de supposées « tradition » ou « culture », ni même en raison d’hypothétiques « provocations ». C’est pourquoi le CRAC Europe et Animaux en Péril expriment leur satisfaction sur le fait que les aficionados responsables des violences commises sur des militants anticorrida ont été déclarés coupables et condamnés.

Roger Lahana
Vice-président du CRAC Europe pour la protection de l’enfance (jusqu’au 8 août 2016)

Posté dans "Loisirs" cruels Corrida Non classé

Négation du vivant

Exploités, maltraités, gavés, broyés, harponnés, consommés, expérimentés, toréés, chassés, pêchés, piégés, électrocutés pour leur fourrure, emprisonnés dans les cirques, enfermés dans les zoos, les delphinariums, abandonnés, humiliés, méprisés… NIÉS. À poil, à plume ou à écaille.

Les animaux. La dernière des minorités.

Son talent, sa compétence, sa valeur artistique, son extrême gentillesse… et sa patience infinie ont permis à troOn de réaliser ce site, vraiment magnifique, et les lapins n'y sont pour rien, je vous l'assure! N'hésitez pas à prendre contact avec lui pour la mise en œuvre ou la maintenance de vos sites et autres blogs, c'est un pro, un vrai! Recommandé et approuvé par tous les terriers de la planète.