Lord, aristo de Roumanie

En France, la divagation est interdite. Laisser son chien (et même son chat, au-delà d’un certain périmètre, si, si) « se promener » tout seul est puni par la loi, et c’est une bonne chose — question de responsabilité, et aussi d’humanité, j’ai envie de dire.

Livré à lui-même, l’animal, devenu errant, pourrait provoquer des accidents, et en être également victime. Tout aussi grave, la stérilisation n’étant malheureusement pas obligatoire, il se reproduirait, encore et encore. Il souffrirait de la faim, du froid, de maladies… Des hordes envahiraient les rues, devant une population devenue hostile et agressive. C’est ce qui est arrivé en Roumanie, quand Ceausescu est arrivé au pouvoir, dans les années 1970. Il « fit construire des barres d’immeuble dans tout le pays, il décida d’y interdire les chiens », de fait abandonnés en masse, explique Blandine P. Martin, l’auteure de Lord, seigneur des rues roumaines (éditions du Puits de Roulle, collection « Être sensible », 2016).

Depuis 1980, les chiens se sont naturellement multipliés. À Bucarest, ils sont 50 000… Aucune campagne de stérilisation, mais une violente répression, aussi cruelle qu’inutile, car sans fin. Des dogs-catchers, rémunérés pour ce « travail », les traquent pour les capturer, voire les tuer, d’horrible façon. Certains en réchappent, grâce à des personnes engagées qui veillent sur eux et les aident à survivre, retournent « à la civilisation », ont la chance d’être adoptés — pour la plupart en France —, mais cela concerne une infime minorité. Lord, chien des rues, a eu la chance d’en faire partie. C’est son  histoire que nous conte Blandine, le magnifique sauvetage de celui qui est devenu « son chien ». Je vous laisse la découvrir, ainsi que les photos qui l’accompagnent.

Et parce que la souffrance n’a pas de frontières, pour adopter un chien roumain, c’est ici : Association Mukitza, Charly Le Blanc.

Lord, seigneur des rues roumaines, en vente partout (80 pages, 10 euros, chez votre libraire, le lui commander s’il ne l’a pas en stock), et sur le site de l’éditrice.
Luce Lapin

Posté dans Bouquins Culture

Négation du vivant

Exploités, maltraités, gavés, broyés, harponnés, consommés, expérimentés, toréés, chassés, pêchés, piégés, électrocutés pour leur fourrure, emprisonnés dans les cirques, enfermés dans les zoos, les delphinariums, abandonnés, humiliés, méprisés… NIÉS. À poil, à plume ou à écaille.

Les animaux. La dernière des minorités.

Son talent, sa compétence, sa valeur artistique, son extrême gentillesse… et sa patience infinie ont permis à troOn de réaliser ce site, vraiment magnifique, et les lapins n'y sont pour rien, je vous l'assure! N'hésitez pas à prendre contact avec lui pour la mise en œuvre ou la maintenance de vos sites et autres blogs, c'est un pro, un vrai! Recommandé et approuvé par tous les terriers de la planète.