Poulets en batterie : sacrifiés sur l’autel du dieu Malbouffe

Pétition : https://www.l214.com/enquetes/2017/elevage-made-in-france/poulets-doux

On parle souvent du terrible sort des poules pondeuses, mais les poulets élevés pour la consommation sont-ils mieux traités ? Peut-on, pour eux, parler de « bien-être animal », durant leur courte vie ? 

C’est la politique des « souches à croissance rapide ». Aucune législation spécifique à l’élevage des poulets destinés à la consommation n’existe actuellement dans les pays de l’Union européenne. Du fait d’une sélection génétique et d’une alimentation enrichie, les poulets de chair industriels atteignent leur poids d’abattage deux fois plus vite qu’il y a trente ans. Leurs muscles grandissent rapidement, mais la structure des pattes, le cœur et les poumons ne suivent pas la même croissance. Les pattes fléchissent sous le poids surdimensionné du corps. Des millions d’entre eux souffrent de douloureuses déformations des pattes, voire de paralysies. Les fortes densités dans les élevages provoquent boiteries, ampoules, brûlures et infections à la poitrine et aux pattes — maladies liées à la promiscuité.

Les poulets boiteux sont parfois incapables d’atteindre les mangeoires et les abreuvoirs, beaucoup meurent de faim et de soif. Conséquence : « Ces souches d’animaux ne sont pas viables à l’âge adulte du fait de leur morphologie anormale. Pour maintenir toutefois les oiseaux “parents” en vie, qui donneront naissance aux générations de poulets de chair, il faut alors forcer le ralentissement de leur croissance. Ironiquement, c’est la faim qui les maintient en vie. C’est le comble de la perversité du système », déplore Johanne Mielcarek, porte-parole de L214. En effet, si, dans le monde merveilleux des poulets de chair (abattus à 40 jours), les oiseaux sont faits pour manger vite, grossir vite et partir vite à l’abattoir, en revanche, leurs parents, eux, sont élevés pour atteindre la maturité sexuelle (5 mois) et se reproduire. S’ils grossissent trop vite, ils seront tellement énormes qu’ils mourront avant d’être en âge de faire des petits, ou bien ils se révéleront infertiles… En effet, 100 millions, sur les 830 « élevés » en France chaque année, ne supportent pas un tel traitement et succombent avant d’être abattus.

Êtres sensibles ressentant la peur et la souffrance, entassés par dizaines de milliers dans des hangars, malades d’infections et de paralysies en tout genre, ils garantissent, miracle du marché, un « poulet-barquette-souffrance » à bas prix au consommateur. Au bout du chemin, au bout du compte, leur misérable et courte vie, celle d’un oiseau de rien du tout, de milliers, de millions d’oiseaux de rien du tout, n’aura rien valu.

Il est prouvé que l’on peut s’alimenter sans avoir besoin de consommer de cadavres d’animaux pour rester en bonne santé. Le règne végétal offre protéines, fer, calcium, vitamines — hormis la B12, indispensable, mais qui existe sous forme d’ampoules ou de comprimés. Ne soyons pas complices de cette boucherie !
Luce Lapin

Posté dans Animaux de ferme Élevage

Négation du vivant

Exploités, maltraités, gavés, broyés, harponnés, consommés, expérimentés, toréés, chassés, pêchés, piégés, électrocutés pour leur fourrure, emprisonnés dans les cirques, enfermés dans les zoos, les delphinariums, abandonnés, humiliés, méprisés… NIÉS. À poil, à plume ou à écaille.

Les animaux. La dernière des minorités.

Son talent, sa compétence, sa valeur artistique, son extrême gentillesse… et sa patience infinie ont permis à troOn de réaliser ce site, vraiment magnifique, et les lapins n'y sont pour rien, je vous l'assure! N'hésitez pas à prendre contact avec lui pour la mise en œuvre ou la maintenance de vos sites et autres blogs, c'est un pro, un vrai! Recommandé et approuvé par tous les terriers de la planète.