Bougrain Dubourg et l’année 2019

« Durant un an, j’ai écrit au jour le jour… »

Oubliez le président de la Ligue pour la protection des oiseaux, le journaliste, l’écrivain, le cinéaste, le producteur, le membre du Conseil économique social et environnemental (Cese), membre de la délégation des droits des femmes à ce même Cese, oubliez le président du Conseil d’orientation stratégique de la Fondation pour la recherche sur la biodiversité, si importante, ainsi que le membre du Conseil national de la transition écologique… C’est le militant de toujours, combattant, infatigable, qui nous livre son journal, celui tenu en cette année riche en actions et événements.

Douze mois de timides avancées, bien souvent de déceptions, particulièrement sur le plan de cette transition qui, bien que s’imposant, a tant de mal à convaincre nos gouvernants, notamment le ministère qui porte son nom. Le Grand Débat, source d’espoirs, fut très décevant.

Une année capitale pour la protection animale. J’y ai retrouvé l’empathie qu’éprouve Allain, non seulement pour « le peuple des airs », mais aussi pour tous les êtres sensibles. Sur cette Terre, toutes les espèces ont le droit de marcher, sans degré de supériorité. Mais entre les incendies et les inondations provoquées par le dérèglement climatique, dont nous sommes les seuls coupables, serons-nous enfin responsables pour nous reprendre et leur éviter, nous éviter ce film catastrophe, avec la planète pour vedette, qui semble inexorable ?

L’inventaire, foisonnant, est quasiment exhaustif, tellement il est complet : les cirques avec animaux sauvages, la corrida, les delphinariums, la cruauté dans les abattoirs, dénoncés par L214, les oiseaux de mer en péril, les océans, avec leurs poissons, victimes de la surpêche, les transports, le « jour de dépassement »… Même si la LPO ne s’affiche pas contre la chasse, plusieurs passages montrent une forte volonté d’agir contre les faveurs accordées aux porteurs de fusils (je reste polie). Allain à François de Rugy, qu’on ne regrettera pas : « Avec tes cadeaux aux chasseurs, on va au clash. » Après les tourterelles et les ortolans, le combat contre la glu, une de ses priorités.

Dans ses nombreux et courageux combats contre la maltraitance animale, Allain est soutenu par Brigitte Bardot, l’amie de toute une vie, et sa Fondation. On ressent, et comprend, tout au long du récit la profonde affection qu’ils éprouvent l’un pour l’autre  –, même si Allain n’adhère pas sur la forme qu’ont pris ses propos à La Réunion, et qu’il exprime sa colère et son découragement sans débordements. Dans le cas contraire, le débat s’en trouve toujours affaibli.

Marchons avec Allain : en prenant soin de notre Terre.

Un grand livre dont je vous laisse découvrir la lecture, passionnante.
On a marché sur la Terre, Journal d’un militant, Allain Bougrain Dubourg (éditions Les Échappés, mars 2020).

Et aussi : Bougrain Dubourg, la plume des sans-voix : Lettre des animaux

Posté dans Bouquins Culture

Négation du vivant

Exploités, maltraités, gavés, broyés, harponnés, consommés, expérimentés, toréés, chassés, pêchés, piégés, électrocutés pour leur fourrure, emprisonnés dans les cirques, enfermés dans les zoos, les delphinariums, abandonnés, humiliés, méprisés… NIÉS. À poil, à plume ou à écaille.

Les animaux. La dernière des minorités.

Archives

Son talent, sa compétence, sa valeur artistique, son extrême gentillesse… et sa patience infinie ont permis à troOn de réaliser ce site, vraiment magnifique, et les lapins n'y sont pour rien, je vous l'assure! N'hésitez pas à prendre contact avec lui pour la mise en œuvre ou la maintenance de vos sites et autres blogs, c'est un pro, un vrai! Recommandé et approuvé par tous les terriers de la planète.