SOS UFB : Urgences Fourrières de Bretagne

Un sujet qui n’est pas d’actualité, et pourtant, quelque 50 000 chats et chiens seraient « piqués » chaque année dans nos fourrières.

La divagation étant interdite par la loi1, les chats et les chiens errants sont conduits en fourrière. Non réclamés par leurs propriétaires dans un délai de huit jours ouvrés (10 jours ouvrables), ils sont tués pour « faire de la place » aux nouveaux arrivants, car les fourrières ont l’obligation de les accueillir. Auparavant, des listes sont proposées aux associations de protection animale, mais les places sont rares, occupées par les abandonnés. Ceux qui sont pucés ou tatoués ont plus de chances de retrouver leur famille, d’où l’importance de l’identification – en plus, c’est obligatoire.
Des virus comme le coryza et le typhus, très contagieux, circulent dans les locaux, provoquant une forte moralité parmi les chatons et les plus âgés. Pratiquement tous les chats entrant dans ces lieux développent un coryza.

« Dura lex sed lex »

La situation est partout catastrophique. J’ai récemment été en contact avec l’association Urgences Fourrières de Bretagne, en relation avec 6 fourrières – celles de Fougères, Lorient, Quimper, Rennes, Vannes et Vitré. UFB reçoit chaque semaine une liste des chats pour lesquels il faut trouver une solution, et vite. Car, déjà, arrive la liste suivante…

Et le casse-tête commence pour l’équipe de bénévoles. Il s’agit de convaincre une association de prendre au moins un chat en quelques jours. Il leur faut chercher, appeler, rappeler encore. Tout cela dans un stress profond : celui d’échouer dans leur quête. Ce n’est pas un chantage à l’euthanasie, car, en fin de course, celle-ci est effective, et, pour UFB, chaque petit félin est précieux.

Accueil provisoire le temps que les associations accréditées arrivent, aliments, caisses de transport, covoiturages… tout cela a un coût, et UFB peine à trouver de l’argent. Merci de les aider si vous le pouvez (urgencesfourrieres.com). Par courrier, chèques à l’ordre de :
Association Urgences Fourrières UF, 4 rue de la Croix-d’Alliance, 35590 Saint-Gilles. MERCI !
Luce Lapin

1. Les maires sont chargés de la faire respecter (gouv.fr/sites/minagri/files/documents/pdf/Fourriere_animale_guide_cle8629f9.pdf).

 

Posté dans Assoces / Collectifs Associations Protection animale Refuges Sous les projecteurs

Négation du vivant

Exploités, maltraités, gavés, broyés, harponnés, consommés, expérimentés, toréés, chassés, pêchés, piégés, électrocutés pour leur fourrure, emprisonnés dans les cirques, enfermés dans les zoos, les delphinariums, abandonnés, humiliés, méprisés… NIÉS. À poil, à plume ou à écaille.

Les animaux. La dernière des minorités.

Archives

Son talent, sa compétence, sa valeur artistique, son extrême gentillesse… et sa patience infinie ont permis à troOn de réaliser ce site, vraiment magnifique, et les lapins n'y sont pour rien, je vous l'assure! N'hésitez pas à prendre contact avec lui pour la mise en œuvre ou la maintenance de vos sites et autres blogs, c'est un pro, un vrai! Recommandé et approuvé par tous les terriers de la planète.