« Les poules préfèrent les cages »

J’ai emprunté ce titre, ironique, bien sûr, à l’excellent livre d’Armand Farrachi (éd. Albin Michel, 2000, éd. Yves Michel, 2012). Sous-titre : « Bien-être industriel et dictature technologique ». Selon une étude « scientifique », les poules en batterie se sentiraient « plus en sécurité », car elles y auraient… des copines. Ils ont osé.

L’occasion pour moi de revenir sur les principes « de base », avec une petite leçon sur les œufs.

« Des poussins mâles broyés vivants par millions, des poules déplumées, au bec coupé à vif et enfermées en cage toute leur vie1… » Qui de l’œuf ou de la poule, à ce stade, peu importe la réponse, ce qui compte, c’est le code, obligatoire, inscrit sur chaque œuf, et non sur la boîte, sous forme de chiffre, de 0 à 3.

Code 0 : agriculture et alimentation biologiques, au moins 4 m2 de terrain extérieur par poule.

Code 1 : au moins 4 m2 de terrain extérieur par poule.

Code 2 : 9 poules par mètre carré, à condamner.

Code 3 : à bannir absolument, il signale le produit d’une poule martyre des batteries, élevages intensifs 100 % en cages, chacune disposant d’une surface à peine plus grande qu’une feuille de papier A4.

« Copines » d’infortune

Si vous vivez à la campagne, soyez vigilants, la loi concerne également les œufs vendus en vrac sur les marchés, sur lesquels doit aussi impérativement figurer le code.

À noter : 4 m2, ce n’est pas non plus vraiment le paradis… Et sachez qu’à l’abattoir, bio ou pas bio, aucune différence. Vers 15 mois, les poulettes sont, horrible mot, moins « productives ». Elles sont sacrifiées, alors que leur espérance de vie se situe entre 6 et 10 ans, et sont remplacées par des jeunettes, qui connaîtront le même sort.

Je rappelle que « tout animal étant un être sensible doit être placé par son propriétaire dans des conditions compatibles avec les impératifs biologiques de son espèce » (article… L214 du Code rural, d’où l’assoce tire son nom).

L’horreur que vivent les poules pondeuses élevées en cage, votre pouvoir, celui du consommateur, peut y mettre fin. Achetez, mangez des œufs, mais « les bons » ! Quant aux véganes, ils les excluent de leur alimentation, comme tout produit ou sous-produit animal.

Fondée en 2017, la start-up Poulehouse récupère régulièrement un certain nombre de ces condamnées, leur évitant ainsi l’abattoir, mais uniquement celles provenant d’élevages bio. Elles sont logées dans une ferme du Limousin, pondent à leur rythme et y demeurent jusqu’à la fin de leur vie.
Luce Lapin

Posté dans Non classé

Négation du vivant

Exploités, maltraités, gavés, broyés, harponnés, consommés, expérimentés, toréés, chassés, pêchés, piégés, électrocutés pour leur fourrure, emprisonnés dans les cirques, enfermés dans les zoos, les delphinariums, abandonnés, humiliés, méprisés… NIÉS. À poil, à plume ou à écaille.

Les animaux. La dernière des minorités.

Archives

Son talent, sa compétence, sa valeur artistique, son extrême gentillesse… et sa patience infinie ont permis à troOn de réaliser ce site, vraiment magnifique, et les lapins n'y sont pour rien, je vous l'assure! N'hésitez pas à prendre contact avec lui pour la mise en œuvre ou la maintenance de vos sites et autres blogs, c'est un pro, un vrai! Recommandé et approuvé par tous les terriers de la planète.