Les animaux sont (vraiment) nuls en maths

J’ai longtemps cru, naïvement mais de bonne foi, qu’il suffisait d’informer sur la réalité de ce qu’endurent les animaux sauvages et d’élevage, et trop souvent aussi, malheureusement, ceux que nous avons domestiqués, ou condamnés à nous servir pour nos «loisirs», et que la prise de conscience viendrait de soi.

Ces « loisirs », loisirs pour les humains, que subissent les animaux, sont cruels pour eux, comme la chasse à courre et la chasse tout court, la chasse à l’arc, auxquels j’inclus le déterrage, la chasse à la glu, à la matole et autres horreurs. La corrida s’ajoute à cette cruauté que constituent ces « jeux » . Une fois l’information donnée, et reçue, il m’apparaissait que la prise de conscience suivrait, que cela «  se ferait tout seul ». Et que si j’avais salué avec enthousiasme et espoir la création d’un Parti animaliste en France1, à l’instar du Partij voor de Dieren2 (PvdD, ou Party for the Animals, le tout premier), pour moi les habitants de notre planète Terre formaient un tout indissociable. Humains ET animaux.

Alors, inlassablement, sur ce site des « copains », je trouve important d’insister sur la souffrance, l’amour, la faim, l’angoisse, la soif, la gaieté, le froid, la joie, la peur, l’affection, le chaud, le bonheur, que ressentent, tout comme nous, ces êtres sensibles, dans l’objectif de convaincre. Sauf que. Je me rends compte aujourd’hui – certes, j’ai mis le temps, penserez-vous, à juste titre – que cela ne suffit pas, qu’il n’en est rien pour les partis politiques, qui ne l’entendent pas ainsi, par frilosité, par, il faut bien le formuler ainsi, manque de courage. Les mesures prises au nom du fameux « BEA », bien-être animal, et sous la pression des associations de protection animale et de plus de la majorité des citoyens, sont bien timorées. Peut-être la classe politique pense-t-elle que prendre en considération leurs « frères inférieurs » et agir en conséquence, respectueusement, comme il se doit à l’égard de toute vie, quelle qu’elle soit, enlèverait sa « supériorité » à leur espèce. Je les rassure : aucun animal n’est capable de démontrer le théorème de Pythagore3. Ni moi non plus d’ailleurs. C’est pourquoi il est essentiel de vraiment soutenir politiquement et systématiquement, et pas seulement occasionnellement, notre Parti animaliste français.

Et pas d’inquiétude : les animaux sont vraiment nuls en maths.
Luce Lapin

1. luce-lapin-et-copains.com/2016/12/05/parti-animaliste-la-nouvelle-revolution

2. luce-lapin-et-copains.com/2014/05/14/marianne-thieme-parti-pour-les-animaux-pays-bas

3. « Dans un triangle rectangle, le carré de la longueur de l’hypoténuse… »

Posté dans Divers Politique

Négation du vivant

Exploités, maltraités, gavés, broyés, harponnés, consommés, expérimentés, toréés, chassés, pêchés, piégés, électrocutés pour leur fourrure, emprisonnés dans les cirques, enfermés dans les zoos, les delphinariums, abandonnés, humiliés, méprisés… NIÉS. À poil, à plume ou à écaille.

Les animaux. La dernière des minorités.

Archives

Son talent, sa compétence, sa valeur artistique, son extrême gentillesse… et sa patience infinie ont permis à troOn de réaliser ce site, vraiment magnifique, et les lapins n'y sont pour rien, je vous l'assure! N'hésitez pas à prendre contact avec lui pour la mise en œuvre ou la maintenance de vos sites et autres blogs, c'est un pro, un vrai! Recommandé et approuvé par tous les terriers de la planète.